Announcement: SOA releases October 2019 Exam STAM passing candidate numbers.

Key Insights from Assia Billig, the New Chief Actuary of the Canada Pension Plan

SOA News Canada
October 15, 2019

En français

 

Assia Billig, FSA, FCIA, Ph.D., was appointed chief actuary of the Superintendent of Financial Institutions’ (OSFI’s) Office of the Chief Actuary (OCA) in April 2019. In this role, she is responsible for the financial health and sustainability of several public programs such as the Canada Pension Plan (CPP), the Old Age Security (OAS) and Employment Insurance (EI) programs, as well as federal public sector pension and insurance plans. She provides key reports and ongoing financial advice to the federal and provincial governments. Billig spent a decade in the OCA prior to her appointment as chief actuary. She is a well-known and widely respected actuary and scholar, both in Canada and internationally.

Billig will be delivering a presentation on the CPP at the 2019 SOA Annual Meeting & Exhibit in Toronto on Oct. 29. She will be joined by colleagues from the OCA; the session will be moderated by former Canadian Institute of Actuaries (CIA) President Rob Stapleford, FCIA, FSA. As we began the planning process for her participation in the Annual Meeting, we took the opportunity to ask her a little bit more about her life and work. Excerpts from that interview follow.

What is the most interesting and rewarding aspect of your job?
What makes my job very special is dealing with programs that touch the lives of almost every single Canadian—such as the CPP, the OAS and the EI programs. Working with such programs requires combining actuarial techniques with macroeconomic views, all in the context of societal policies. It is a very delicate balancing act: how do you unite current trends with the extreme uncertainty associated with very long projection periods required by legislation? We have to ask a lot of questions about the future, on issues such as the demographic environment (and not only mortality, but fertility and migration), the Canadian labour market (e.g., technological transitions and their impact on the rate of employment and salary distribution), and the impact of climate change on the Canadian economy.

I also find it extremely rewarding that the actuarial advice we provide is valued by Canadian policymakers and helps them to shape future societal policies.

What or who inspires you, and why?
I am inspired by renowned social security actuaries such as my predecessor and mentor Jean-Claude Ménard, past U.K. Government Actuary Chris Daykin, and current chief actuary of the U.S. Social Security program Stephen Goss, ASA, MAAA. Social security is an incredibly complicated and important area of actuarial practice. One cannot help but admire those professionals who dedicate their skills and time to ensure that their countries’ social security programs are financially sustainable. I consider myself privileged to be working alongside such an elite group of people.

Secondly, I admire strong women leaders who remain human, humble and passionate. These women defy stereotypes, and their commitment, internal discipline and intellectual leadership pave the way for generations of professional women. There are a lot of such leaders in the actuarial field: Micheline Dionne, FSA, FCIA, and Sharon Giffen, FSA, FCIA (both of whom are past presidents of the CIA), Tonya Manning, FSA, MAAA (past president of the Society of Actuaries and president-elect of the International Actuarial Association (IAA), and Anne Drouin, FSA, FCIA (director, Global Employment Injury Programme, Enterprise Department, ILO), to name a few.

What is your definition of leadership?
Leadership is empowering people you work with and earning their trust. Every single person on the team is valuable, and they should feel this way. It is important to listen to the different voices and to consider the various opinions. However, at the end, you need your team to trust you to make the right decision.

Leadership also means that you are listening to and understanding the needs of your clients. This is the path to innovative solutions and towards earning their respect.

Within the actuarial community, leadership is exemplified through the commitment to the public interest. This means taking a long view to see important issues before they become the “flavor of the day” and to weigh them with the appropriate tools to make sound decisions.

What about being an actuary interests you the most?
My interests evolved as I have progressed through my actuarial career. When I first started working, the technical aspect of pension valuations fascinated me. It was (and still is) a great feeling to be able to reconcile a pension plan membership from one year to the next and to have your gain and loss balance!

As I developed as a professional, the consulting aspect became more and more interesting. During my work in pension consulting, it was the interactions with clients that gave me the most satisfaction, explaining how actuaries can help in designing and financing their programs.

With the Office of the Chief Actuary, this consulting aspect grew to the level of striving to understand the interaction of social policies and actuarial work, to be able to see the “whole picture.” This is also one of the reasons I became involved with the work of the IAA. It gave me an opportunity to participate in work that is aimed at providing actuarial input to decision makers on a wide variety of topics (e.g., retirement age, reporting of social security obligations, long-term care, etc.) and demonstrating that actuaries can be very valuable allies to government leaders.

Finally, a key interest of mine is the exploration of the uncertainty embedded in our projections and the risk management of such uncertainties. Our office does a lot of work on this uncertainty and its risk management, and I expect it will continue to be one of our priorities in the future.

How do you measure success?
To be successful is to achieve results that meet your client’s needs while remaining true to your values and your commitment to the public interest.

Assia Billig.jpg

Assia Billig, FSA, FCIA, Ph.D., was appointed chief actuary within the Office of the Superintendent of Financial Institutions in April 2019. Billig joined the Office of the Chief Actuary (OCA) in 2008, where she was involved in the preparation of statutory actuarial reports on the Canada Pension Plan and Old Age Security Program, as well as of the various national and international actuarial studies. Prior to joining the OCA, she worked in private pension consulting.

She is the vice chair of the IAA Social Security Committee and the chair of the Technical Commission on Statistical, Actuarial and Financial Studies of the International Social Security Association.

Billig completed her undergraduate studies at Moscow State University and earned a Ph.D. in mathematics from the University of Alberta.

She can be reached at Assia.Billig@osfi-bsif.gc.ca.

 

Recueil des points de vue de madame Assia Billig, la nouvelle Actuaire en chef du Régime de pensions du Canada

Assia Billig, FSA, FICA, Ph.D., a été nommée au titre d’Actuaire en chef du Surintendant des institutions financières en avril 2019. Dans ce rôle, elle est responsable de la bonne santé financière et de la soutenabilité de plusieurs programmes publiques tels que le Régime de pensions du Canada, des programmes de la Sécurité de la vieillesse et de l’assurance emploi, ainsi que des régimes de pension et des programmes d’assurance du secteur publique fédéral. Elle fournit des rapports éminents et des conseils financiers en continu pour le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux. Mme Billig a passé une décennie au sein du BC avant d’être nommée comme Actuaire en chef. Mme Billig est une actuaire et érudite bien connue et respectée, tant au Canada que sur la scène internationale.

Mme Billig nous offrira une présentation lors du RPC à la réunion annuelle et l’exposition 2019 de la SOA à Toronto le 29 octobre. Elle sera accompagnée de collègues du BC; cette session sera modérée par l’ancien président de l’Institut Canadien des Actuaires (ICA) Rob Stapleford, FICA, FSA. Alors que nous débutions le processus de planification pour sa participation à la Réunion annuelle, nous avons profité de l’opportunité pour en découvrir un peu plus sur sa vie et sur son travail. Découvrez les extraits suivants de cette entrevue :

Quel est l’aspect le plus intéressant et valorisant de votre travail?
Ce qui rend mon travail très spécial et de traiter avec les programmes qui affectent la vie de presque tous les canadiens—comme le programme de RPC, de SV et de l’assurance emploi. Travailler sur de tels programmes exige de combiner les techniques actuarielles avec les vues macroéconomiques, le tout dans le contexte des politiques sociétales. Il s’agit là d’un acte délicat d’équilibrage : Comment peut-on unir les tendances courantes avec l’extrême incertitude associée aux très longues périodes de projection exigées par la législation? Nous devons poser beaucoup de questions concernant le futur, sur des questions telles que l’environnement démographique (et non seulement sur la mortalité, mais aussi de fertilité et de migration), le marché canadien de la main-d’œuvre (à savoir, les transitions technologiques et leur impact sur le taux d’emploi et de la distribution des salaires), et l’impact des changements climatiques sur l’économie canadienne.

Je trouve aussi extrêmement valorisant que les conseils actuariels que nous émettons soient pris en compte dans les élaborations des politiques canadiennes et qu’ils contribuent à former les futures politiques sociétales.

Qui ou quoi vous inspire, et pourquoi?
Je suis inspirée par les actuaires reconnus en matière de sécurité sociale, tels que mon mentor et prédécesseur, Jean-Claude Ménard, par l’ancien actuaire du gouvernement du Royaume-Uni, Chris Daykin, et par le présent Actuaire en chef des programmes de sécurité sociale des États-Unis, Stephen Goss, ASA, MAAA. Les questions de sécurité sociale sont un domaine incroyablement compliquées et importantes pour la pratique actuarielle. On ne peut pas cesser d’admirer ces professionnels qui consacrent leurs compétences et leur temps pour assurer que les programmes sociétaux de leur pays soient viables financièrement. Je me considère comme privilégiée de travailler avec un tel groupe d’élites.

De plus, j’admire les femmes qui occupent des postes de direction tout en demeurant humaines, humbles et passionnées. Ces femmes défient les stéréotypes, et leur engagement, leur discipline interne et leur leadership individuel qui pavent le chemin pour des générations de femmes professionnelles. ON trouve tant de telles femmes dans des postes de chef de file dans le domaine actuariel : Notamment, Mme Micheline Dionne, FSA, FICA, et Mme Sharon Giffen, FSA, FICA (les deux ont été présidentes de l’ICA), Mme Tonya Manning, FSA, MAAA (ancienne présidente de la Société des Actuaires et présidente élue de Association actuarielle internationale (AAI), et Mme Anne Drouin, FSA, FICA (Directrice, Programme mondial sur les accidents du travail, Département des entreprise, BIT), pour n’en nommer que quelques-unes.

Quelle est votre définition du leadership?
Le leadership est de stimuler les gens avec qui vous travaillez et de mériter leur confiance. Chacune des personnes dans une équipe est importante, ainsi chacune devrait se sentir importante. Il est important d’écouter les voix différentes et de considérer les diverses opinions. Toutefois, à la fin, vous avez besoin que votre équipe ait confiance que vous prendrez la bonne décision.

Le leadership signifie aussi que vous écoutez et que vous comprenez les besoins de vos clients. C’est le chemin qui mène à des solutions innovantes et à mériter leur respect.

Au sein de la commutai actuarielle, le leadership est authentifié par l’implication envers l’intérêt public. Cela signifie de prendre une longue vue pour voir les problèmes importants avant qu’ils ne deviennent la « saveur du moment » et de les peser avec les outils appropriés pour prendre les bonnes décisions.

Qu’est-ce qui vous intéresse le plus dans le fait d’être actuaire?
Mes intérêts ont évolués tout au long de la progression de ma carrière d’actuaire. Quand j’ai commencé à travailler, l’aspect technique de l’évaluation des pensions me fascinait. C’était (et ce l’est toujours) tout une sensation d’être en mesure de réconcilier l’adhésion à un régime de pension d’une année à l’autre, et d’obtenir le bon équilibre entre les gains et les pertes!

Au cours de mon développement comme professionnelle, l’aspect consultation est devenu de plus en plus intéressant pour moi. Au fil de mon travail en matière de consultation sur les questions de pension, ce fut les interactions avec les clients qui m’ont fourni les plus grandes satisfactions, notamment en expliquant comment les actuaires peuvent aider dans la conception et le financement de leurs programmes.

Dans le cadre de mon mandat d’Actuaire en chef, cet aspect de la consultation a atteint un niveau d’engagement important pour bien comprendre les interactions entre les politiques sociales et le travail actuariel, le fait de pouvoir voir le « portrait global. » C’est aussi une des raisons pour lesquelles je me suis impliquée dans les travaux de l’AAI. Cela m’a offert l’opportunité de participer dans des travaux qui visent à fournir des indices actuariels aux décideurs sur une grande variété de sujets (à savoir, l’âge de la retraite, des rapports sur les obligations en matière de sécurité sociale, des soins à long-terme, etc.) et de démontrer que les actuaires peuvent être des alliés de grande valeur pour les dirigeants des divers gouvernements.

Finalement, un de mes principaux intérêts est l’exploration des incertitudes imbriquées dans nos projections ainsi que la gestion du risque que posent ces incertitudes. Notre Bureau s’occupe d’une large part de la gestion de ces incertitudes et des risques qui y sont associés, et je m’attends à ce que cette gestion continuera d’être parmi nos principales priorités dans le futur.

Comment mesurez-vous le succès?
De connaître le succès est d’atteindre des résultats qui répondent aux besoins de vos clients, tout en restant conforme à ses valeurs et à son engagement envers l’intérêt public.

Assia Billig.jpg

Assia Billig, FSA, FICA, Ph.D., a été nommée Actuaire en chef du Bureau du surintendant des institutions financières Canada au mois d’avril 2019. Mme Billig a rejoint le poste d’Actuaire en chef (le BC) en 2008, pour lequel elle s’est impliquée dans la préparation des rapports actuariels statutaires des programmes du Régime de pensions du Canada et de la Sécurité de la vieillesse, ainsi que dans diverses études actuarielles nationales et internationales. Avant de rejoindre les services du BC, elle a travaillé dans le domaine de la consultation sur les régimes privés de pension.

Elle est la vice-présidente du Comité sur la sécurité sociale de l’IAA et la présidente de la Commission technique sur les études statistiques, actuarielles et financières (Technical Commission on Statistical, Actuarial and Financial Studies) de l’Association internationale de la sécurité sociale.

Mme Billig a complété ses études de premier cycle à la Moscow State University, et a obtenu son Ph.D. en mathématiques à l’University of Alberta.

Vous pouvez lui écrire à l’adresse Assia.Billig@osfi-bsif.gc.ca