Announcement: Access the latest SOA updates on COVID-19 at SOA.org/covid-19-updates.

Due to unusually high email volume in Customer Service, you may experience a longer response time than usual. We apologize for any inconvenience this may cause.

A Canadian Actuary’s Journey: SOA Board Member Jennifer Haid Shares Her Experiences

SOA News Canada
December 19, 2019

En français

Jenny Haid, FSA, CFA, is vice president Strategic Marketing and Product Development at American International Group (AIG) in New York City. She has been on an intriguing personal and professional journey that started with her upbringing on a farm in rural southern Ontario. Haid was elected to the SOA Board of Directors in 2018. SOA News Canada interviewed her about her journey shortly after the 2019 SOA Annual Meeting & Exhibit in Toronto in late October.


Tell us a little about the path that took you from growing up in rural Ontario to working in New York City.
It hasn’t been a direct route. I grew up on a working farm and like many kids from my area of the world spent my summers camping and canoeing and my winters curling and ice skating—all with a healthy dose of farm work to keep me out of trouble. I had strong ties to family, school and community. In high school, I enjoyed math and science, and one of my teachers recommended that I look into the Actuarial Science program at the University of Waterloo. I loved the view of the actuary as a professional who combines technical skills and business acumen, plus Waterloo’s co-op program gave me an opportunity to get real-life work experience while earning a degree. I love to travel, so I wound up taking co-op placements in Vancouver, Toronto and Montreal, and spent my final year of school at Heriot Watt in Edinburgh, Scotland. After several years in Toronto with Willis Towers Watson following graduation, I took on a role with the life insurance practice at EY in New York City before landing in my current role at AIG.

What aspects of your Canadian upbringing have helped you along the way?
I grew up hearing Canadians reference our country as a cultural mosaic. To me this implies an openness to and curiosity about other cultures and traditions. Throughout my travels and moves, this has helped me adapt to new geographies, new areas of practice and new companies.

I also think that this curiosity leads to an openness to consider diverse perspectives and a willingness to see others’ points of view. I have been told that my “super power” is collaboration, and I think this comes, in part, from a desire to establish common ground with my work colleagues, and with my clients. This in turn makes me more effective in new places and new roles.

Last, and I don’t think this is unique to Canadians, but I appreciate the ability to laugh and (hopefully) not take myself too seriously. A good sense of humour goes a long way toward creating positive relationships and positive outcomes in both my professional and personal life, especially in stressful situations!

What challenges have you faced?
When people learn I’m Canadian they often make a joke that involves the word “sorry.” I usually counter with some sort of creative—and “properly” pronounced— use of “out and about.”

Whether I use my native accent or my adopted American one, one of my strong impulses is to make people feel comfortable and welcome. However, sometimes that tendency leads to an impulse to smooth over conflict even when being direct— in a respectful, constructive way— is exactly what’s needed to address genuine issues or disagreements. I’ve learned that talking about the “uncomfortable” is key to building meaningful, sustainable relationships with friends and colleagues.

I had an amazing female mentor when I first moved to the States who advised me to figure out who I am as a person (she called it my “moral compass”), and then let that be my North Star in how I present myself and in the decisions I make. That’s the piece of advice I remember most when I’m trying to approach difficult situations—I don’t always get it right, but I’m getting better at remaining true to that.

What led you to become a volunteer in the actuarial profession?
I started out shortly after attaining my fellowship as an exam question writer, because I was asked and because it was straight forward. I found out pretty quickly that it wasn’t really my strong suit. I was later involved as a consultant in some longevity modelling work which led me to a fantastic opportunity to join the SOA’s Longevity Advisory Group as a founding volunteer. The group facilitated a welcoming environment to share ideas and contribute to our common goals, regardless of our years of experience. These types of volunteer roles have been a fantastic place to access diversity of thought, develop subject matter expertise, drive initiatives, improve presentation skills and develop more concise arguments, and collaborate toward consensus on issues. These are all skills that are instrumental to my own development as a leader. They are also critically important to me in my Board service.

 

haid-jennifer.jpg

 

Jenny Haid, FSA, CFA, is vice president Strategic Marketing and Product Development at American International Group (AIG) in New York City She has spent time in New York at EY consulting to the insurance community and in Toronto at Willis Towers Watson consulting to large multi-nationals on issues related to their pension programs. She focuses on the measurement and management of retirement risks. Haid is a regular speaker and an author of several industry papers. She serves on the Society of Actuaries Board of Directors and acts as a leader and advocate for AIG’s efforts around Diversity & Inclusion. Haid can be reached at Jennifer.Haid@aig.com.

 

Parcours d’une actuaire canadienne : Mme Jennifer Haid membre du conseil de la SOA  partage ses expériences


Mme Jenny Haid, FSA, AFA, est vice-présidente du marketing stratégique et du développement des produits chez American International Group (AIG) à New York. Elle a connu un parcours particulier tant sur le plan personnel que professionnel, qui a débuté en grandissant sur une ferme dans le milieu rural du Sud de l’Ontario. Mme Haid a été élue au conseil d’administration de la SOA en 2018. SOA News Canada l’a interviewée concernant son parcours, un peu après la réunion annuelle et l’exposition 2019 de la SOA à Toronto à la fin octobre.


Parlez-nous un peu de ce parcours qui vous a mené d’une enfance sur une ferme dans la campagne ontarienne, au travail dans la grande ville de New York.
Cela ne s’est pas fait en ligne droite. J’ai grandi sur une ferme et comme de nombreux enfants dans ma région du monde, j’ai passé mes étés en camping et à faire du canot, et mes hivers à jouer au curling et à faire du patin à glace—le tout avec une dose saine de travail sur la ferme, pour me garder loin des problèmes. J’avais des liens forts avec la famille, l’école et ma communauté. À l’école secondaire, j’aimais les mathématiques et les sciences, et un de mes professeurs m’a recommandé d’examiner le programme de science actuarielle de l’University of Waterloo. J’aimais beaucoup la vision de l’actuaire comme un professionnel qui combine des compétences techniques et un sens aigu des affaires, de plus, le programme de coop de Waterloo m’a offert l’opportunité d’une expérience de travail dans le monde réel tout en travaillant à l’obtention de mon diplôme. J’adore voyager, alors j’ai accepté des placements coopératifs à Vancouver, à Toronto et à Montréal, puis j’ai passé mes dernières années d’école au Heriot Watt à Edinburgh, en Écosse. Après avoir travaillé plusieurs années à Toronto chez Willis Towers Watson suivant ma graduation, j’ai entrepris un rôle au sein d’une pratique en assurance vie chez EY à New York, avant d’entreprendre mon présent rôle chez AIG.

Quels sont les aspects d’avoir grandi au Canada qui vous ont aidé dans ce parcours?
J’ai grandi en entendant les canadiens faire référence à notre pays comme une mosaïque culturelle. Pour moi, cela impliquait une ouverture et une curiosité envers les autres cultures et traditions. Tout au long de mes voyages et de mes déplacements, cela m’a aidé à m’adapter aux nouvelles géographies, aux nouveaux secteurs de pratique et aux nouvelles compagnies.

Je crois aussi que cette curiosité crée une ouverture à considérer les diverses perspectives, et un empressement à découvrir les points de vue des autres. Je me suis fait dire que mon « super pouvoir » consiste en la collaboration, et je pense que cela provient, en partie, d’un désir d’établir des bases communes avec mes collègues de travail, et avec mes clients. En retour, cela m’a rendu plus efficace dans les nouveaux emplacements et mes nouveaux rôles.

De plus, je ne pense pas que cela soit unique aux canadiens, mais j’apprécie la capacité de rigoler et (espérons le) de ne pas me prendre trop au sérieux. Un bon sens de l’humour permet de faire un grand bout de chemin dans la création de relations positives, et l’obtention de résultats positifs tant dans ma vie personnelle que professionnelle, spécialement dans les situations stressantes!

Quels sont les défis auxquels vous avez été confrontés?
Quand les gens apprennent que je suis canadienne, ils rigolent souvent en lançant une phrase qui compte le mot « désolé. » Je riposte habituellement avec une utilisation qui soit en quelque sorte créative—et prononcée « adéquatement »—sur la « frénésie urbaine. »

Peu importe si j’utilise mon accent natal ou mon accent américain d’adoption, une de mes impulsions fortes est de faire en sorte que les gens se sentent bienvenus, et confortables. Cependant, cette tendance entraîne quelquefois une impulsion pour adoucir les conflits, même en étant directe— d’une manière qui soit constructive et respectueuse—et c’est précisément ce qui est requis pour adresser les véritables problèmes ou les mésententes. J’ai appris que de parler de ce qui est « inconfortable » est essentiel pour la création de relations significatives et soutenues avec les amis et les collègues.

J’ai eu la chance d’avoir une femme mentor à mon arrivée aux États-Unis, qui me conseillait de découvrir qui j’étais en tant que personne (elle nommait ce processus ma « boussole morale »), pour ensuite l’utiliser comme mon étoile polaire dans la  façon de me présenter, et dans les décisions que j’allais prendre. Il s’agit du conseil que je me rappelle le plus lorsque je tente d’approcher des situations difficiles—je n’y réussis pas toujours, mais je continue de m’améliorer à être vraie en cette matière.

Qu’est-ce qui vous a amené à faire du bénévolat dans la profession actuarielle?
J’ai débuté peu après avoir atteint mon association en qualité de créatrice de question d’examen, parce qu’on me l’avait demandé et parce que cela semblait être la bonne chose à faire. J’ai vite réalisé que cela n’était pas ma plus grande force. Plus tard, j’ai été impliquée comme consultante dans un travail de modélisation de la longévité qui m’a mené à une fantastique opportunité de joindre le groupe conseil sur la longévité de la SOA, en qualité de bénévole fondatrice. Le groupe a favorisé un environnement bienveillant permettant de partager les idées et de contribuer à nos objectifs communs, peu importe nos années d’expérience. Ces types de rôles de bénévolat ont été un endroit fantastique pour accéder à une diversité de pensées, pour développer une expertise dans ces questions, pour diriger des initiatives, pour améliorer mes compétences en présentation et développer des arguments plus concis, et pour collaborer envers des consensus sur les problèmes. Ce sont autant de compétences qui ont eu une grande importance pour mon propre développement comme leader. Elles ont aussi une importance critique pour mon service au Conseil.

 

haid-jennifer.jpg

 

Mme Jenny Haid, FSA, AFA, est vice-présidente du marketing stratégique et du développement des produits chez American International Group (AIG) à New York. Elle a passé du temps à New York au sein de EY consulting et dans la communauté des assurances à Toronto pour Willis Towers Watson consulting à conseiller des grandes multinationales sur les questions en relation avec leurs régimes de retraite. Elle se concentre sur la mesure et la gestion du risque. Mme Haid est conférencière sur une base régulière et auteure de nombreux ouvrages de l’industrie. Elle est active sur le Conseil d’administration de la Société des Actuaires, et agit comme cheffe de file et supporte les efforts d’AIG concernant la diversité et l’inclusion. Vous pouvez communiquer avec Mme Haid à l’adresse Jennifer.Haid@aig.com.