Maintenance: SOA.org will be unavailable on Sunday, March 7 from 9:00 PM – 9:15 PM CST. Access to e-Learning will be available.

Attention: Due to COVID-19 restrictions, seat capacity at Prometric testing centers continues to be affected. If you are unable to find a seat for your exam, click here to see your options.

Skills Needed for a COVID-19 World Described by Well-known Canadian Actuaries

SOA News Canada
July 2020

En français

By Ben Marshall

The COVID-19 pandemic has not simply changed the way we live. It has caused most of us—whether we want to or not—to reassess the way we think and feel about our world. Most in the general public have been looking to political and medical leaders to better understand the implications to health and wealth. Likewise, we as actuaries look to business leaders and key volunteers for their insights into the impact on our profession. We recently conducted a series of interviews with such leaders in the Canadian actuarial profession. This article addresses their insights into the evolving set of skills we need in this rapidly changing world.

“Actuaries often think in terms of the scientific method,” explains Bruce Langstroth, FSA, FCIA, “but scientific thinking is a two-edged sword. We want to prove a hypothesis rather than just taking a 60 percent probability as sufficient to act. So we tend to not make a decision early, even in the midst of rapid change like that surrounding COVID-19. As genuine risk managers, we must weigh the costs and probabilities of acting versus not acting. As it is, we can make lots of sub-optimal decisions due to strictly using the scientific method rather than risk management as a lens.”

“The speed of change requires agility as part of the skill set,” adds Azmina Jiwani, FSA, FCIA. “There is the potential to suffer from the classic ‘paralysis by analysis.’ For example, when we can’t do detailed modelling, we need to be able to effectively use rules of thumb and judgment. We can use our deep understanding of the business and move forward quickly on that basis.”

Indeed, the need for agility is a skill that has recently been identified as crucial for actuaries by the Society of Actuaries, quite apart from the COVID-19 crisis. As part of its ongoing review of skills essential to its members, the skills taxonomy was extended late last year to include not only the traditional attributes of IQ (i.e., technical intelligence) and EQ (i.e., emotional intelligence), but also the more recent category of AQ (i.e., adaptability). The addition of AQ was determined within the context of the emergence of artificial intelligence and similar technologies as both tools for and threats to the traditional actuarial domain.

But doesn’t agility—or adaptability or flexibility—lend itself to “going rogue” as an actuary? Isn’t that why we have rules of professional conduct and standards of practice?

“The profession does an effective job of writing standards, principles and guidance,” says Josephine Marks, FSA, FCIA. “But they’re often not specific. They are deliberately not overly prescriptive because we can’t anticipate in advance all possible situations. The key is the sound application of judgment within this guidance.”

While the importance of AQ for actuaries is receiving new attention, both IQ and EQ retain important roles in our skills taxonomy. For example, applying our IQ appropriately to new contexts is vitally important to new environments like that of COVID-19.

“From an insurance standpoint, we need to be aware that there may be new and very different sources of risk,” says Mike Lombardi, FSA, FCIA, CERA, MAAA. “For instance, health care workers and many kinds of essential services providers have traditionally been classified as good life and health insurance risks from a vocational perspective. But, as front-line workers in the pandemic, they may well be considered high risks in 2020. One of the consequences of social distancing is the inability to issue medically underwritten policies, which opens a new door for adverse selection.”

Thinking beyond the constraints of what’s required to contemplate what may be is another way to exercise our IQ and elevate the application of actuarial techniques. Langstroth says “We need to ask, ‘Where are we making bets?’” “For example, to get the best value out of Financial Condition Testing (FCT) [formerly Dynamic Capital Adequacy Testing (DCAT)], we need to shift beyond defining the testing territory as ‘plausible’ scenarios that are required for regulatory purposes. We should test possibilities based on emerging information and where it could lead. But we tend to see the regulatory language as a constraint on our thinking.”

Actuarial insights can be enhanced not only by the way that we think, but also by the way we feel. For example, it’s important for actuaries to be self-aware of our own fears, and to thereby keep things in perspective from an analytical standpoint.

“There’s definitely a lot of stress in the COVID-19 environment,” says Marks. “Much of it can be attributed to social distancing as well as the physical threat of the virus itself. But we can spend too much time following the news and checking the coronavirus numbers, which adds to the stress. If we look at it from the perspective of our forebears, in the context of things like wars and famine and slavery, we need to realize that things could be a lot worse. It’s important not to get caught up in the hype.”

But maintaining an even keel and an analytical perspective amidst the hype doesn’t mean we should be insensitive to the fears and challenges of others. Indeed, EQ may be the most important tool in the toolbox of an actuary during this COVID-19 crisis.

“Perhaps the biggest impact of the pandemic for those not infected is the mental health toll,” says Jiwani. “We need to recognize it in our interactions with others. People are cut off from their peers, trying to work with kids at home while maintaining some semblance of productivity. Job security may be a big question in some people’s minds. Being supportive and understanding can go a long way in the virtual workplace.”

Though EQ requires empathy, it’s more than that. It involves the ability to read the reactions and cues of others, and then respond appropriately.

“Humans are social creatures,” says Langstroth, “but not everyone is affected in the same way and to the same extent. The challenges of social distancing are much like the challenges of outsourcing. To maintain productivity, we must deal with the distance by ensuring that the connections aren’t just cognitive, but psychological, emotional and social as well.”

There is little doubt that actuaries working in a COVID-19 environment need a broader set of skills than was considered necessary at any time in the past. That train had already left the station prior to COVID-19, but it is arriving at the next station sooner rather than later.

Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is the SOA staff fellow for Canadian membership. He can be reached at bmarshall@soa.org.

Compétences requises dans un monde affecté par la COVID-19, décrites par des actuaires canadiens reconnus


par Ben Marshall

La pandémie de COVID-19 n’a pas simplement changé notre façon de vivre. Elle a aussi fait en sorte que la plupart d’entre nous—que nous le voulions ou pas—réévaluions notre manière de penser et de ressentir notre monde. Beaucoup de gens du grand public se sont tournés vers les dirigeants du monde politique et médical pour mieux comprendre les implications sur la santé et sur la richesse. Dans la même veine, en tant qu’actuaires nous nous tournons vers les chefs de file du monde des affaires et les bénévoles les plus éminents pour s’enquérir de leurs connaissances des impacts sur notre profession. Nous avons récemment réalisé une série d’entrevues avec des chefs de file de la profession d’actuaires au Canada. Cet article dresse un résumé de leurs opinions quant à l’évolution des ensembles de compétences dont nous aurons besoin dans ce monde en rapide changement.

« Les actuaires pensent souvent dans les termes de la méthode scientifique, » nous explique Bruce Langstroth, FSA, FICA, « cependant, la pensée scientifique est un sabre à deux tranchants. Nous cherchons à prouver une hypothèse plutôt que de simplement prendre une probabilité de 60 % comme étant suffisante pour agir. Alors, nous tendons à ne pas prendre une décision hâtive, même en milieu de changements rapides comme ceux entourant la crise de la COVID-19. En qualité de véritables gestionnaires du risque, nous devons peser les coûts et les probabilités du fait d’agir versus de ne pas agir. Pour ces motifs, nous pouvons prendre une multitude de décisions sous-optimales en raison de l’utilisation stricte de la méthode scientifique, plutôt que d’utiliser la gestion du risque comme une lentille. »

« La vitesse des changements exige de l’agilité dans son ensemble de compétences, » d’ajouter Mme Azmina Jiwani, FSA, FICA. « Le potentiel existe à l’effet de souffrir de paralysie de l’analyse classique. » Par exemple, si nous ne pouvons pas faire une modélisation détaillée, nous devons être en mesure d’utiliser la règle du pouce et notre jugement de manière efficace. Nous pouvons utiliser notre compréhension profonde des affaires, et avancer rapidement sur cette base. »

En effet, le besoin d’agilité est une compétence qui a récemment été identifiée par la Société des Actuaires comme cruciale pour les actuaires, et cela bien distinctement de la crise de la COVID-19. Faisant partie de la revue des compétences essentielles pour ses membres, la taxonomie des habiletés a été étendue l’an passée pour inclure non seulement les attributs traditionnels du QI (par exemple l’intelligence technique) et l’IE (à savoir l’intelligence émotionnelle), mais aussi la catégorie la plus récente de la FA (à savoir faculté d'adaptation). L’ajout des IE a été déterminée dans le contexte de l’émergence de l’intelligence artificielle et des technologies similaires, tant comme des outils pour, que des menaces pour le domaine actuariel traditionnel.

Mais, ne peut-on pas dire que l’agilité—la capacité d’adaptation ou la flexibilité—pousseront certains à se « rebeller » en tant qu’actuaire? N’est-ce pour cela que nous avons des règles sur la conduite professionnelle et des normes pour la pratique?

« La profession joue un rôle efficace dans l’écritures des normes, des principes et des directives, » de dire Mme Josephine Marks, FSA, FICA. « Mais ils sont souvent non spécifiques. Ils sont délibérément peu prescriptifs puisque nous ne pouvons pas anticiper à l’avance toutes les situations possibles. La clé est la saine application du jugement dans le cadre de ces directives. »

Alors que l’importance de l’IE pour les actuaires fait l’objet d’une attention nouvelle, tant le QI que le la FA conservent des rôles importants pour la taxonomie des compétences. Par exemple, l’application du QI de manière appropriée aux nouveaux contextes est d’une importance cruciale pour les nouveaux environnements, comme dans le cas de la crise de la COVID-19.

« Du point de vue des assurances, nous devons prendre conscience qu’il peut y avoir des sources de risque nouvelles et différentes, » nous confiait Mike Lombardi, FSA, FICA, CERA, MAAA. « Par exemple, les travailleurs du domaine de la santé et de nombreux types de fournisseurs de service essentiel ont traditionnellement été classifiés comme étant des bons risques en matière d’assurance vie et santé, selon une perspective vocationnelle. Cependant, en devenant des travailleurs de première ligne dans la pandémie, ils et elles peuvent bien être considérés en 2020 comme étant à haut risque. Une des conséquences de la distanciation sociale est l’incapacité à émettre des directives émises médicalement, ce qui ouvre une porte à une sélection adverse. »

En réfléchissant au delà des contraintes de ce qui est requis pour contempler ce qui peut être constitue un autre moyen d’exercer notre QI et d’élever l’application des techniques actuarielles. Selon M. Langstroth : « Nous devons nous poser la question suivante, quand prenons-nous des paris? » « Par exemple, pour obtenir la meilleure valeur pour notre test de la condition financière (anciennement appelé le test dynamique de suffisance des fonds), nous devons passer au-delà de la définition des territoires de test comme des scénarios « plausibles » qui sont exigés à des fins réglementaires. Nous devrions tester les possibilités sur la base des informations émergentes et sur là où cela pourrait mener. Mais nous tendons à voir le langage réglementaire comme une contrainte à notre réflexion. »

Les connaissances actuarielles peuvent être améliorées non seulement par la manière dont nous pensons, mais aussi par la manière dont nous ressentons. Par exemple, il est important pour les actuaires d’être conscients de nos propres peurs, et ainsi de garder les choses en perspective, d’un point de vue analytique.

« Il y a définitivement beaucoup de stress dans l’environnement de la COVID-19, » de dire Mme Marks. « Une bonne part de ce stress peut être attribué à la distanciation sociale ainsi qu’à la menace physique du virus lui-même. Mais nous pourrions passer trop de temps à suivre les actualités et à vérifier les chiffres sur le coronavirus, ce qui ajoute d’autant au stress. Si nous l’observons avec la perspective de nos aïeux, dans le contexte des choses comme les guerres, les famines et l’esclavage, nous devons réaliser que les choses pourraient être bien plus graves. C’est important de ne pas être pris dans le battage. »

Mais le maintien d’une assiette nulle et d’une perspective analytique au sein du battage pourrait signifier que nous devions être insensibles aux peurs et aux défis des autres. Dans les faits, l’IE pourrait s’avérer être l’outil le plus important dans le coffre d’un actuaire pendant cette crise de la COVID-19.

« Possiblement que le plus gros impact de la pandémie pour ceux et celles qui ne sont pas infectés soit l’impact sur la santé mentale, » selon Mme Jiwani. « Nous devons le reconnaître dans nos interactions avec les autres. Les gens sont coupés de leurs proches, et essaient de travailler avec les enfants à la maison, tout en tentant de maintenir un semblant de productivité. La sécurité d’emploi pourrait devenir une grande question dans l’esprit de certaines personnes. Démontrer son soutien et de la compréhension peut faire beaucoup dans un milieu de travail virtuel. »

Bien que l’IE exige de l’empathie, c’est aussi plus que cela. Elle implique la capacité de lire les réactions et les énigmes des autres, et d’y répondre de manière appropriée.

« Les humains sont des créatures sociales, » nous dit M. Langstroth, « mais tous et toutes ne sont pas affectés de la même manière et dans la même mesure. Les défis de la distanciation sociale sont semblables aux défis de l’impartition. Pour maintenir la productivité, nous devons traiter avec la distance, en s’assurant que les connexions ne soient pas seulement cognitives, mais aussi psychologiques, émotionnelles et sociales. »

Il subsiste un petit doute à l’effet que les actuaires qui travaillent dans un environnement de COVID-19 aient besoin d’un ensemble plus large de compétences que ce qui était considéré comme nécessaire en tout temps par le passé. Ce train avait déjà quitté la station avant l’avènement de la COVID-19, mais il arrive à la prochaine station plus tôt que tard.

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est l’actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Vous pouvez communiquer avec lui à l’adresse bmarshall@soa.org