Announcement: SOA releases April 2022 Exam PA passing candidate numbers.
Announcement: SOA congratulates the new ASAs and CERAs for June 2022.

Prominent Canadian Actuaries Contemplate Stress Testing in Light of COVID-19

SOA News Canada
July 2020

En français

by Ben Marshall

The lead article in this issue of SOA News Canada describes the skills needed by actuaries in a COVID-19 world, as illuminated through a series of interviews with business leaders and key volunteers in the Canadian actuarial profession. In the article presented below, these experts shared their ideas on what COVID-19 might mean for our approaches to stress testing generally, as well as to pandemic scenarios specifically.

“Mortality is certainly something to focus on in a pandemic scenario, but general population statistics may not be the most important, at least for one like COVID-19 that affects different segments of the population differently,” says Mike Lombardi, FSA, FCIA, MAAA, CERA. “For instance, older and more vulnerable people are often not covered by life insurance, so the insured population mortality may look quite different from the general population mortality.”

However, even though pandemics tend to affect non-insured segments of the population more significantly than insured lives, mortality risk need not be taken lightly, cautions Bruce Langstroth, FSA, FCIA. “Optimism about advancements in technology and health care tends to colour our thinking,” he says. “There’s the temptation to say, ‘That was the Spanish flu, and it will never be that way again’—so we look at the 1918 pandemic as an upper bound on estimates for pandemic mortality.”

“Many actuaries use 1.5 deaths per 1000 as the standard for modeling pandemic mortality from the Spanish flu,” notes Lombardi. “But we don’t know if that’s a good estimate. We don’t know all the facts about COVID-19 yet: Will the ultimate death rate be 1 percent for those in the general population who contract it, or will it be higher or lower? Is the death rate and relative mortality by age the same for insured populations as for the general population? What is the true infection rate? What percentage of those infected are insured?”

There is an important role for professional guidance in both asking and answering these types of questions. “Actuaries and companies have been modeling pandemic mortality for a while,” says Josephine Marks, FSA, FCIA. “Some approaches were not severe enough; others were too severe. And there’s a question as to whether the extra mortality should be an add-on or a multiplier. But our professional guidance has proven to be sufficient to cover the appropriate use of judgment in constructing these scenarios and models.”

Mortality modelling may only address a fraction of the impact of a pandemic. “Integrated scenarios typically contain some couplings, but it would have been difficult to have foreseen the full interaction of risks,” says Azmina Jiwani, FSA, FCIA. “There’s the impact on financial markets, but there’s also data risk, fraud risk, reputation risk. In other words, non-financial risks and government action also have an impact. COVID-19 has probably expanded the scope of what we should contemplate with integrated scenario testing.”

These additional impacts have manifested themselves in ways that are unique to each specific organization. For example, there have been varying movements within financial risks. “The stock market has taken a beating, and real interest rates are down,” says Lombardi, “but credit spreads have widened, so nominal rates on corporate bonds haven’t changed much. So the primary companies to suffer are those invested more heavily in government (risk-free) bonds and those invested more heavily in equities or with large, unhedged seg fund portfolios.”

Tailoring stress testing to the unique situation of the company requires a starting point: its existing asset and liability portfolios, under the lens of the business plan of the organization for the future. “The base scenario is the business plan,” says Marks, “but what if the business plan hasn’t been updated after the rug was pulled out from under the company?”

Beyond the starting point, stress testing requires modelling the impact of significant adverse deviations from the expected path. “If the current circumstances now fall in the 90th percentile of the range rather than the 50th percentile, what is ‘adverse’?” asks Marks. “The actuary needs to take into account changes to the environment since the business plan was last updated.”

The insurance company context may not be the only application of actuarial modelling skills to be contemplated in relation to pandemic or other crisis scenarios. “Governments could have done a better job of risk management in the crisis,” says Langstroth. “Perhaps actuaries could help them along that path in the future.”

Indeed, the SOA’s recent strategic review of the changing world in which actuaries operate indicates that risk management is evolving in new directions. Risk identification and measurement for the purpose of charging a premium or setting aside reserves and capital is one aspect of an actuarial role. But there is an opportunity for your influence to move into the decision-making arena, if you are not already there yet. Risk identification and measurement should expand into risk mitigation and prevention strategies. In doing this, we can aggregate and synthesize big data while utilizing our in-depth knowledge of the business to provide strategic insights, whether as decision-makers or as advisors.

Actuaries have a golden opportunity to move to the next level. Stress testing is a traditional realm of the actuary, and COVID-19 sheds light on new ideas and approaches. But it also provides a path forward for the profession to expand the scope of its influence and reach new horizons.

Ben Marshall, FSA, FCIA, CERA, MAAA, is the SOA staff fellow for Canadian membership. He can be reached at bmarshall@soa.org.

Des actuaires canadiens bien en vue réfléchissent sur le test de tension, à la lumière de la COVID-19


par Ben Marshall

L’article principal dans cette édition de SOA News Canada décrit les compétences requises pour les actuaires dans un monde aux prises avec la COVID-19, telles que mises en lumière dans le cadre d’une série d’entrevues avec des chefs de file du domaine des affaires et d’éminents bénévoles de la profession actuarielle au Canada. Ces experts ont partagé leurs idées sur ce que pourrait signifier la COVID-19 sur nos approches envers le test de tension de manière générale, ainsi qu’envers les scénarios de la pandémie, plus spécifiquement.

« La mortalité est assurément une chose sur laquelle on doit se concentrer dans les scénarios de la pandémie, mais les statistiques de la population générale pourraient ne pas être les plus importants, au moins dans le cas d’une situation comme la COVID-19 qui affecte différents segments de la population de manière différente, » nous confiait Mike Lombardi, FSA, FICA, MAAA, CERA. « Par exemple, les personnes plus âgées et plus vulnérables sous souvent non-couvertes par une assurance-vie, ainsi la mortalité de la population assurée pourrait sembler très différente de la mortalité de la population en général. »

Toutefois, bien que les pandémies tendent à affecter les segments de la population sans assurance de manière plus importante que ceux dont les vies sont assurées, le risque de mortalité ne doit pas être pris à la légère, nous avertit Bruce Langstroth, FSA, FICA. « L’optimisme qui entoure les avancements dans la technologie et dans les soins de santé tend à colorer notre réflexion. La tentation est grande à l’effet de dire, « la grippe espagnole était semblable, et cela ne se reproduira plus jamais de la même manière » —ainsi, nous observerions la pandémie de 1918 comme la borne supérieure des biais dans les estimations de mortalité de la pandémie. »

« Plusieurs actuaires utilisent une cote de 1,5 décès par 1 000 comme la norme à utiliser pour la modélisation de mortalité de la pandémie, selon celle de la grippe espagnole, » note M. Lombardi. « Toutefois, nous ne savons pas si cela constitue une bonne estimation. Nous ne connaissons pas encore les faits concernant la COVID-19 : Est-ce que le taux de mortalité ultime serait de 1 % pour les personnes de la population générale qui vont la contracter, ou sera-t-il supérieur ou inférieur? Est-ce que les taux de mortalité et de mortalité relative selon l’âge seront les mêmes pour les populations assurées que pour la population générale? Quel est le véritable taux d’infection? Quel est le pourcentage des personnes infectées qui sont assurées? »

Il y a un rôle important de guidance professionnelle tant en posant qu’en répondant à ces types de questions. « Les actuaires et les entreprises ont été modélisées pour la mortalité de pandémie pendant un certain temps, » nous dit Josephine Marks, FSA, FICA. « Certaines approches n’étaient pas assez sévères; et d’autres ont été trop sévères. Il y aussi la question à savoir si la mortalité additionnelle doit être un ajout ou un multiplicateur. Mais notre guidance professionnelle s’est avérée suffisante pour couvrir l’usage approprié du jugement dans la construction de ces modèles et scénarios. »

La modélisation de la mortalité peut adresser seulement une fraction de l’impact d’une pandémie. « Les scénarios intégrés contiennent typiquement certains couplages, mais il aurait été difficile de pouvoir prédire la complète interaction des risques, » de dire Azmina Jiwani, FSA, FICA. « Il y a l’impact sur les marchés financiers, mais il y a aussi le risque pour les données, le risque de fraude, et le risque à la réputation. En d’autres mots, les risques non-financiers et l’action gouvernementale ont aussi un impact. Cette crise de la COVID-19 a probablement accru la portée de ce que nous devons considérer dans les tests de scénario intégré. »

Ces impacts additionnels se sont manifestés d’eux-mêmes de manières qui sont uniques à chaque organisation spécifique. Par exemple, on a vu des mouvements variables au sein des risques financiers. « Les marchés boursiers ont connu une chute, et les taux réels d’intérêt sont bas, » de dire M. Lombardi, « mais les titres de crédit se sont élargis, de sorte que les taux minimaux sur les obligations de société n’ont pas beaucoup changés. Ainsi, les principales compagnies qui ont souffert sont celles qui avaient investi plus dans les obligations gouvernementales (sans risque) et celles qui ont investi plus dans les équités ou avec des portfolios avec de gros fonds secondaires non couverts. »

La personnalisation des tests de tension à la situation unique de la compagnie exige un point de départ: son portfolio existant d’actifs et d’obligations, observé sous la lentille du plan d’affaire de l’organisation pour le futur. « Le scénario de base est le plan d’affaire, » de dire Marks, « mais qu’arrive-t-il si le plan d’affaire n’a pas été mis à niveau après que le tapis ait été retiré sous les pieds de la compagnie? »

Au-delà du point de départ, le test de tension exige la modélisation de l’impact des déviations adverses importantes de ce qui était prévu. « Si les circonstances actuelles tombent maintenant dans le 90ème percentile de la plage plutôt que dans le 50ème percentile, qu’est-ce qui est perçu comme adverse? » demande Mme Marks. « L’actuaire doit prendre en compte les changements dans l’environnement depuis que le plan d’affaire a été mis à niveau pour la dernière fois. »

Le contexte de la compagnie d’assurance pourrait ne pas être le seul domaine d’application des compétences de modélisation actuarielle à considérer, en relation au scénario de la pandémie ou d’autres crises. « Les gouvernements pourraient avoir fait un meilleur travail de gestion du risque dans le cadre de cette crise, » de dire M. Langstroth. « Possiblement que les actuaires pourraient les aider dans ce cheminement dans le futur. »

En effet, la récente revue stratégique de la SOA sur le monde changeant dans lequel les actuaires évoluent indique que la gestion du risque évolue aussi dans des directions nouvelles. L’identification du risque et la mesure aux fins de facturer une prime ou de mettre des réserves et du capital de côté n’est qu’un des aspects du rôle actuariel. Et voilà une opportunité de placer votre influence pour faire évoluer l’arène de la prise des décisions, si vous n’y êtes pas déjà. L’identification et la mesure du risque doivent s’étendre aux stratégies de mitigation et de prévention du risque. Ce faisant, nous devons agréger et synthétiser le big data, tout en utilisant notre connaissance approfondie des affaires pour fournir nos connaissances stratégiques, que ce soit en qualité de décideurs ou de conseillers.

Les actuaires ont devant eux et elles une opportunité en or de passer au prochain niveau. Le test de tension fait partie du domaine traditionnel de l’actuaire, et la crise de la COVID-19 jette la lumière sur de nouvelles idées et approches. Elle fournit aussi un cheminement vers l’avant pour la profession, pour étendre la portée de son influence, et pour atteindre de nouveaux horizons.

Ben Marshall, FSA, FICA, CERA, MAAA, est l’actuaire agréé affecté au membership canadien de la SOA. Vous pouvez communiquer avec lui à l’adresse bmarshall@soa.org